Symptômes neuropsychiatriques associés à la maladie des petits vaisseaux cérébraux : revue systématique et méta-analyse. Clancy U, et al, Lancet Psychiatry 2021.

  • Proposé le : 10/02/2021 14:24:08
  • Par : Bot Twitter
  • Avec la version du site : v2021_01_12
  • Revu par :
    • Mettre votre nom d'utilisateur
    • Mettre votre nom d'utilisateur
Notes sur les tags :
  • Adopter cette revue :
    Si vous souhaitez prendre en charge cette revue d'article, merci de remplacer le tag Non_attribué par Attribué et ajoutez aussi votre nom d'utilisateur à l'emplacement prévu.
  • Réaliser des modifications :
    Pour modifier ce document, il est nécessaire d'être connecté au site. Pour cela, assurez-vous d'avoir des identifiants valides. Si vous n'en avez pas, contactez-nous. Pour vous connecter, cliquez sur l'icône dans la barre de navigation.
  • Demander la finalisation de la revue de l'article :
    Une fois revue et complétée, merci de remplacer l'étiquette Non_finalisé par A_finaliser. Un administrateur se chargera de valider la revue et de la publier avec le tag Finalisé.

Contexte : La maladie des petits vaisseaux cérébraux, une cause fréquente de démence vasculaire, est souvent considérée comme cliniquement silencieuse avant que la démence ou l'AVC ne deviennent apparents. Cependant, certaines personnes présentent des symptômes subtils associés à des lésions IRM aiguës. Nous avons cherché à déterminer si les symptômes neuropsychiatriques et cognitifs varient en fonction de la charge de morbidité des petits vaisseaux.

Méthodes : Dans cette revue systématique et méta-analyse, nous avons recherché dans MEDLINE, EMBASE et PsycINFO des articles publiés dans n'importe quelle langue depuis la création de la base de données jusqu'au 24 janvier 2020. Nous avons recherché des études évaluant l'anxiété, l'apathie, la confusion, la labilité émotionnelle, la fatigue, changement de personnalité, psychose, symptômes comportementaux ou cognitifs liés à la démence (y compris troubles de la mémoire subjective) et caractéristiques radiologiques de la maladie cérébrale des petits vaisseaux. Nous avons extrait les odds ratios (OR) rapportés, les différences moyennes standardisées (DMS) et les corrélations, les résultats stratifiés par gravité de la maladie ou la présence ou l'absence de symptômes, et les données regroupées à l'aide de méta-analyses à effets aléatoires, en rapportant les résultats ajustés lorsque cela est possible. Nous avons évalué le biais des études incluses à l'aide de l'outil Risque de biais pour les études non randomisées. Cette étude est enregistrée auprès de PROSPERO, CRD42018096673.

Résultats : Sur 7 119 articles identifiés, 81 études comprenant 79 cohortes au total étaient éligibles pour l'inclusion (n = 21 730 participants, âge moyen 69,2 ans). Sur ces 81 études, 45 (8120 participants) ont rapporté des estimations des effets. Nous avons trouvé des associations entre la gravité de l'hyperintensité de la substance blanche (WMH) et l'apathie (OR 1,41, IC à 95% 1,05-1,89) et la DMS ajustée dans le score d'apathie entre les sévérités de la WMH était de 0,38 (IC à 95% 0,15-0,61). La gravité plus élevée de la WMH était également associée à la confusion (OR ajusté 2,9, IC à 95% 1,12-7,55) et à la fatigue (OR non ajusté 1,63, IC à 95% 1,20-2,22). Les WMH n'étaient pas systématiquement associés aux troubles de la mémoire subjectifs (OR 1,34, IC à 95% 0,61-2,94) et la DMS non ajustée pour la gravité de la WMH entre ces groupes était de 0,08 (IC à 95% -0,31 à 0,47). L'anxiété, les comportements liés à la démence, la labilité émotionnelle et la psychose étaient trop variés ou rares pour une méta-analyse ; ces facteurs ont été examinés de manière narrative. L'hétérogénéité globale variait de 0% à 79%. Seules cinq études présentaient un faible risque de biais dans tous les domaines.

Interprétation : L'apathie, la fatigue et la confusion étaient associés indépendamment à une pire WMH, alors que les plaintes cognitives subjectives ne l'étaient pas. L'association de l'anxiété, des comportements liés à la démence, de la labilité émotionnelle et de la psychose avec la maladie des petits vaisseaux cérébraux nécessite une enquête plus approfondie. Ces symptômes doivent être évalués longitudinalement pour améliorer la détection clinique précoce de la maladie des petits vaisseaux et permettre aux essais de prévention de se dérouler tôt dans l'évolution de la maladie, bien avant que la cognition ne diminue.

Financements : Chief Scientist Office of the Scottish Government, UK Dementia Research Institute, Fondation Leducq, Stroke Association Garfield-Weston Foundation, Alzheimer's Society, and National Health Service Research Scotland.

Références de l'article


Discussion

  • Cette section peut être éditée par les relecteurs, les rédacteurs, les modérateurs et les administrateurs. Elle regroupe l'ensemble des échanges autours de la référence ci-dessus présentée.
  • Référez-vous à cette page pour connaître le rôle des utilisateurs et pour participer à la discussion.
  • Il n'y a, pour l'instant, aucune discussion en cours.

Éditer la discussion



Gardez le contact

Suivez notre utilisateur Twitter : @AgingPapers
Nos rencontres visio